Menu utilisateur

Accès à distance ? S'identifier sur le proxy UCLouvain | Saint-Louis

Réseaux sociaux académiques

 

Les réseaux sociaux académiques : quelle utilisation ?


 

ResearchGate, Academia.edu, MyScienceWork, … chercheurs/chercheuses, vous êtes nombreux à être inscrits sur ces réseaux sociaux académiques qui contribuent à votre visibilité internationale.

Mais il convient de rester vigilant quant à l’utilisation que vous en faites. En voici les raisons et les bonnes pratiques à adopter.

 

Faites bien la distinction entre archives ouvertes et réseaux sociaux académiques.

Ces plateformes ne sont en aucun cas assimilables à des archives ouvertes et à des dépôts institutionnels.  ResearchGate, Academia.edu, etc. sont des sites commerciaux qui permettent de donner une visibilité et qui établissent des réseaux de chercheurs.

Mais ils ne sont pas considérés comme des réservoirs open access car ces plateformes ne répondent pas aux principes d’une « communication académique ouverte, équitable, soutenable et motivée par la recherche et la culture ».

 

En déposant vos textes intégraux sur ces réseaux, vous ne répondez donc pas aux exigences des politiques institutionnelles et européennes en matière d’Open Access.

 

De plus, les autorisations de dépôt du texte intégral dans les archives ouvertes institutionnelles accordées par les éditeurs ne couvrent pas le dépôt sur ces réseaux sociaux académiques ... Vous avez donc la responsabilité de vérifier si l’éditeur autorise explicitement le dépôt du texte intégral sur ce type de plateformes. Le nombre important d’articles illégalement déposés sur ces réseaux n’a pas manqué de provoquer des tensions juridiques entre certains grands éditeurs et ces plateformes.  

 

Les dépôts institutionnels, tels que DIAL.pr, sont conçus pour assurer la conservation pérenne de vos données et de vos travaux scientifiques. Ce n’est pas le cas de ResearchGate, Academia.edu, etc. … qui peuvent à tout moment retirer les informations que vous avez déposées sans même avoir à vous prévenir (ce qui s’est produit par exemple en 2013 sur Academia.edu, suite aux demandes d’Elsevier de supprimer un nombre important d’articles pour cause de violation du droit de diffusion).  Soyez conscient qu’en vous inscrivant sur ces réseaux, vous leur accordez des droits sur la propriété et l’utilisation des données et des travaux scientifiques que vous y déposez, qui pourront être modifiés, transférés, conservés contre votre gré, supprimés ou encore utilisés à des fins commerciales.

 

Dans un souci de visibilité internationale des institutions et de leurs chercheurs, les dépôts institutionnels s’attachent à diffuser le savoir et la production scientifiques le plus largement possible. DIAL.pr est référencé et permet aux données déposées d’être récupérées et indexées par les moteurs de recherches généraux et spécialisés (ex. GoogleScholar) et par les moteurs de recherche spécialisés dans l’Open Access (Core, OpenAire, etc.). DIAL.pr facilite également la diffusion sur les réseaux sociaux, chaque nouvelle référence ajoutée à DIAL.pr étant automatiquement partagée sur twitter (@dialbiblio).

Grâce à ce référencement des données,  les réseaux sociaux académiques vont facilement retrouver les données bibliographiques que vous avez déjà déposées sur DIAL.pr et vous proposer une liste de publications vous appartenant, que vous pourrez alors afficher sur la plateforme en question sans avoir à les encoder manuellement.

Au contraire, ces réseaux sociaux académiques sont des sites web fermés qui ne partagent pas leurs données. Ces données sont visibles uniquement à l’intérieur du site, l’accès au site nécessitant par ailleurs une inscription préalable. De ce fait il n’est pas permis aux utilisateurs de récupérer leurs données pour les réutiliser autre part, et  il n’est pas permis aux dépôts institutionnels d’extraire ces données pour alimenter le dépôt institutionnel pour le compte d’un auteur.  

À noter que les réseaux sociaux peuvent récupérer les métadonnées depuis les dépôts institutionnels mais pas les textes intégraux associés. Si vous pensiez les déposez sur ResearchGate ou Academia.edu, il vous faudrait les uploader manuellement. Mais cela est très fortement déconseillé, vous l’aurez compris à la lecture des paragraphes précédents ! Sur ces réseaux sociaux, la bonne pratique consiste à renseigner le lien vers le document hébergé sur DIAL.pr, que vous aurez mis en open access (selon les conditions de l’éditeur, notamment concernant la version du document pouvant être déposée sur une archive ouverte : preprint, postprint ou pdf de l’éditeur).

 

Pour finir, un petit tableau mettant en évidence quelques différences entre réseaux sociaux académiques et dépôts institutionnels :

 

Quelques ressources :

Réseaux sociaux académiques : fonctionnalités principales et enjeux 

Protection et propriété des données sur Academia.edu et ResearchGate

Réseaux sociaux pour chercheurs, la visibilité à quel prix? 

Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques

Réseaux sociaux académiques ... Le débat !

A social network site is not an open access repository